La typologie des visites d’expo appliquée à l’utilisation d’Excel

Sauterelle, papillon, fourmi ou poisson

La typologie des visites d’expo appliquée à l’utilisation d’Excel : j’ai eu cette idée en observant des récurrences dans les usages d’Excel chez d’autres personnes. Idée de génie ou fausse bonne idée ? Je m’autodiagnostique sur la question.

Sauterelle, papillon, fourmi ou poisson : ce sont les quatre profils d’une typologie des visites d’expo issue d’une enquête que j’ai beaucoup croisée pendant mes études.

Aujourd’hui je conseille et forme des professionnel·les de l’art, notamment à l’utilisation d’Excel… Quel rapport ? Si on est nombreux·ses à utiliser cet outil dans nos métiers, nos usages en sont très variés ! Mais j’ai noté des trucs dans les modes d’appropriation d’Excel, qui m’ont font penser aux animaux de la typologie des visites d’expo.

Ça valait le coup de regarder de plus près !

3 parties dans cet article :

  • C’est quoi cette étude ?
  • Quel rapport avec Excel ?
  • Et puis la question cruciale : alors, sur Excel, plutôt fourmi, papillon, sauterelle ou poisson ?

C’est quoi cette étude

L’enquête a été réalisée par Martine Levasseur et Eliseo Veron en 1982, sur une commande du Centre Pompidou. Elle porte sur une exposition (non artistique) de la Bibliothèque publique d’information (BPI), lieu ouvert à toustes et auquel on accède, à l’époque, par la même entrée que le musée. Je ne sais pas si la typologie des visites d’expo en était l’objectif, mais c’est ce qu’on en retient.

Ladite typologie se partage donc en quatre profils de visiteur·ses d’expo :

  • les papillons font aussi toute l’expo, mais en zigzagant entre les trucs exposés
  • les fourmis, qui font toute l’expo de la manière la plus exhaustive possible, dans un ordre assez linéaire
papillons et fourmis en visite d'expo
  • les poissons, qui traversent l’espace d’expo en se situant plutôt au centre des espaces, sans s’arrêter ou presque
  • les sauterelles, qui vont d’une pièce à l’autre sans suivre un ordre logique, sans faire toute l’expo non plus.
Sauterelles et poissons en visite d'expo

Précautions d’usage quand on parle de typologie

Quelques mots sur la méthode.

L’enquête est fondée sur des observations d’abord globales, puis un suivi de parcours de visiteur·ses, puis des entretiens avec elleux (reliés aux parcours observés).

Ce qu’elle apporte par rapport au contexte de la recherche et de la conception d’expos à l’époque

Publiée en 1983 sous le titre Ethnographie d’une exposition, l’enquête innove sur un point crucial en sociologie de la culture.

En effet, la recherche de l’époque voit les visiteur·ses comme dépendant·es des dispositifs qui leur sont proposés. En se focalisant sur le lien créé par les visiteur·ses avec les expos, Eliseo Verón et Martine Levasseur voient les personnes comme acteur·rices de leur visite.

De plus, iels s’en tiennent à l’attitude des visiteur·ses dans l’expo, indépendamment de leur situation personnelle.

À titre de comparaison par exemple, Pierre Bourdieu, connu pour avoir étudié les publics de musées, établit des liens de causalité très forts entre attitude de visite et situation socio-professionnelle, diplômes, capital financier, etc.

(ne me lancez pas sur la sociologie de la culture, je pourrais en parler des heures)

Ce qui est à retenir, c’est qu’en 2022, le parti pris de cette enquête nous semble évident, baigné·es que nous sommes dans l’UX design, mais ça n’a pas toujours été le cas.

Pourquoi je la trouve cool

Les raisons ci-dessus énoncées (et que je n’ai pas pensées toute seule) impliquent plusieurs choses :

  • l’enquête ne comporte pas de jugement : il n’y a pas un profil qui soit plus valorisé que les autres, en soi.

  • elle porte sur des attitudes observées autant que sur des entretiens. Du coup, elle éclaire les attitudes par les intentions des visiteur·ses. En clair, elle ne regarde qu’une seule situation, mais elle la regarde bien.

  • et en cela, elle n’est pas essentialisante : les chercheur·ses préviennent qu’une attitude de fourmi dans une expo n’implique pas une identité fourmi.

    Iels précisent :

    Nous n’avons pas décrit une typologie d’acteurs sociaux, ni non plus des types de personnalité, mais des types de stratégie de visite. […] Cette recherche ne peut pas répondre à la question de savoir comment on peut articuler des typologies d’appropriation de discours sociaux à des données “objectives” sur la position sociale des sujets.

Et le rapport avec Excel, alors ?

En observant la manière dont mes consœurs ou stagiaires utilisent Excel, j’ai vaguement remarqué des récurrences dans les stratégies d’utilisation.

De là à en faire un typologie, il n’y a qu’un pas (un autre jour, je vous parlerai de ma passion pour les typologies).

Ma typologie (un peu grossière) des usages d’Excel

Voilà celle que je commençais à dessiner concernant les usages d’Excel :

Il y a les personnes (appelons-les les 🐼) que je vois maîtriser très vite des fonctionnalités complexes, sans connaître les manips que moi je juge, aujourd’hui, élémentaires (même si je les ai découvertes assez tard).

D’autres (🦓) vont avoir en tête d’explorer toute une fonction, sans se laisser distraire, avant de passer à autre chose.

D’autres (🐈‍⬛) vont passer de fonction en fonction sans explorer chacune totalement (là encore, selon ma conception d’un “total”).

Il y en a qui vont aller plusieurs fois sur des fonctions, par petites touches.

Etc.

Tout à coup, éclair de lucidité

Et ce faisant, j’ai repensé au quatuor animal de l’enquête de la BPI.

Si on applique à l’utilisation d’Excel la typologie des stratégies de visite d’expo, qu’est-ce que ça donne ?

Intuitivement, c’est assez tentant de faire des parallèles : la fourmi de l’expo correspond à mon 🦓 ci-dessus, les 🐼 seraient plutôt des sauterelles, les 🐈‍⬛ des poissons…

Du coup, me voilà déjà à fomenter un test pour vous permettre de savoir quel est votre type de stratégie sur Excel.

Alerte biais cognitif

Alerte biais de confirmation

Mais tout à coup again, je freine des quatre fers. Et si je fonçais dans un concept qui en fait est un mur absolu ?

C’est le gros stress avec les idées de génie. Aussi géniale qu’elle paraissent quand elles surgissent out of nowhere, elles peuvent être des fours complets si on n’y prend pas garde. Je pense beaucoup à ce biais cognitif qu’on a toustes : le biais de confirmation. Celui qui nous pousse à valider un truc, un choix ou une idée juste pour le confort de confirmer notre opinion initiale (ou celle d’une personne qui nous influence).

Je dis “juste” comme si ce confort n’était pas important : c’est faux, le confort de l’âme est primordial, et heureusement qu’on a des stratégies de confort dans la vie. Le tout, c’est de ne pas s’en contenter. Fin de la minute Jean-Pierre Morale.

Reprenons les impensés de cette idée de génie

Si on considère les usager·es d’Excel comme des visiteur·ses d’expo, ça implique qu’on considère Excel comme une expo. Aussi sexy que cela paraisse, c’est malheureusement faux. Excel n’est pas un contenu mis en forme comme l’est une expo curatée et scénographiée. À la rigueur, une formation Excel serait l’équivalent d’une expo : avec des contenus, un début et une fin, des étapes, des supports pour les contenus, un mode d’interaction proposé, etc.

Deuxième impasse que ce chenapan de biais voulait me cacher : Excel n’est pas un objet en soi, qu’on explore forcément. Comme tous les outils, Excel est parfois utilisé comme tel et passe au second plan, après les données qu’il contient. Tout le monde ne perçoit pas (comme moi) les outils comme des objets à part entière !

Alors, ce test ?

Rassurez-vous, ce test existe, et tu peux le faire dès maintenant !

Sauterelle, papillon, fourmi ou poisson, quel·le utilisateur·rice d'Excel êtes-vous ?

Toutes les limites de ce test étant posé, voyons-le comme un jeu plutôt qu’une enquête sociologique 😅

De mon côté, je garde dans un coin de ma tête l’idée de concevoir ce genre de test pour d’autres trucs… 👀

En attendant, la grosse question c’est : et toi ? Fourmi, papillon, sauterelle ou poisson sur Excel ?

Et si veux en savoir plus sur la typologie des visites d’expo telle que dessinée par Levasseur et Veron, je te conseille cette funky vidéo du Museum d’histoire naturelle de Neufchâtel. Amuse-toi bien !

Affaire à suivre sur Art Boulot

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.